" diarrhée verbale "

30 juin 2009

Mardi 30 juin 2009 . 01:22

Crépitements de l'ordinateur posé sur cuisses. Gargouillis de ventre. Lampadaire allumé. Les bestioles qui gravitent autour. Un encrier renversé au dessus des toits des maisons. Silence. Environnement ouateux. Paupières lourdes. Les deux même tasses. Posées comme des piliers électriques sur la table basse. En diagonale. Rouges. Avec des marguerites. Et des petits losanges. On voit les fils noirs tendus entre les deux. Et les oiseaux se poser dessus. Dans un ciel blanc. Fracas insupportablement réel du passage d'une moto, là-bas, sur terre. Silence de nouveau. Paupières tombantes. Liberté. Merveilleuse solitude. Enfin. Oubli de soi. Et des autres. Surtout.

Posté par cAmLoOt à 01:46 - Commentaires [0] - Permalien [#]


31 mai 2009

Hypocrisie

Je brade tout. Aujourd'hui, grande vente aux enchères : Le passé, les souvenirs, l'amertume, la nostalgie, les sons et les odeurs qui me font voyager en sens inverse, mes sentiments. Putains de sentiments. Tout doit disparaitre. Pas cher. Approchez, messieurs dames, y'en aura pour tout le monde. De la vieille photo d'identité en noir et blanc aux textos dégoulinants de niaiserie. Abimés mais toujours aussi beaux. Comment ça pas intéressant ? Comment ça rien à foutre ? Même gratuitement ? Allez, faites un effort merde ... Toute ma vie. Tout ce qui a rempli les années qui me précèdent. Non ? C'était si insipide que ça ? Même pas un regard.

Posté par cAmLoOt à 20:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]

27 mai 2009

Joue moi c'vieux truc, c'vieux blues qui sent l'tabac et qui r'ssemble à cette jolie ride au coin d'ton oeil *






m_ribel__scicile__avril_2008_024





V
ous ne savez pas à quoi ressemble votre estomac à cause de la peau. Et vous ne savez pas à quoi ressemblent vos sentiments à cause de la vanité. On ouvre son sac, hein ? On le veut ce projecteur imaginaire, braqué sur sa bouche, son dos. Un homme de dos est faible, plein de failles et de vérité. Un homme de face dérive au gré de l'existence, arborant prudemment ses propres mensonges. On veut ouvrir son sac. Une émission sur France Inter. Consacrée à Bashung. Je ne souffre pas. Je m'ennuie.

  

Posté par cAmLoOt à 21:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]